Projet populaire pour une aide sociale efficace

Toutes les informations utiles se trouvent sur ce site, mais je me permets de faire un bref argumentaire pourquoi il est très important de soutenir ce projet populaire.

Petit rappel : un projet populaire, aussi appelé contre-projet citoyen, est un outil démocratique permettant aux citoyens du canton de Berne, de demander un vote populaire sur certaines décisions du Grand Conseil. Il requiert la signature de 10’000 ayants-droits du canton dans un délai de trois mois (fin juillet dans ce cas).

Un comité inter-parti et inter-organisations (je vais citer ici le PS, les Verts mais aussi le PEV, l’association du personnel de la Ville de Bienne, Angestellte Bern, …) se sont mis ensemble pour proposer une alternative à l’enfreint à la solidarité qu’est en train de faire le canton de Berne. En effet, en mars 2018, le Grand Conseil a approuvé une nouvelle réduction de l’aide sociale, faisant suite à une véritable cascade d’économies faites sur le dos des plus pauvres.

Le projet ressort trois points principaux :

  1. Combattre la pauvreté et non les pauvres
  2. Un respect des personnes âgées au lieu de les marginaliser
  3. Baisser les coûts de façon durable au lieu de les accumuler

Ce que contient le projet populaire :

Il demande à ce que l’aide matérielle soit déterminée par les normes actuelles de la Conférence suisse des institutions d’action sociale (normes CSIAS).

Il veut que les personnes perdant leur emploi après 55 ans révolus soient soutenues selon les modes de calcul prévus par la loi fédérale sur les prestations complémentaires à l’AVS et à l’AI lorsqu’elles sont dans le besoin (fortune inférieur à la franchise fixée par la LPC, ne touchent plus d’indemnités de l’assurance-chômage, ont cotisé à l’assurance chômage pendant 20 ans au moins, sont domiciliés dans le canton de Berne depuis au moins deux ans et sont inscrites auprès de l’office régional de placement compétent et sont disposées à accepter un nouvel emploi convenable).

Il demande que dans le domaine de l’encouragement au développement des compétences de base et de la qualification professionnelle, des offres adaptées au besoin soient proposées. Que ces offrent soient coordonnées avec celle des autorités responsables du marché du travail et que l’aide sociale participe aux frais qui en découlent (lorsqu’ils ne sont pas pris en charge par d’autres institutions). Les offres doivent favoriser une réinsertion rapide dans le marché du travail et faciliter une formation professionnelle de base. Les personnes soutenues peuvent être contraintes à participer à ces cours et ces offrent s’adressent également aux personnes menacées de pauvreté même si elles ne sont pas encore à l’aide sociale.

IMPRIME-SIGNE-ENVOIE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s