Une candidature du PSA?

Petit rappel: le gouvernement bernois est, depuis 2016, à majorité de droite. Et il ne s’en prive pas pour mener des politiques bien conservatrices.

Conscients de leurs responsabilités, les différents partis de gauche décident d’aborder l’élection de 2018 avec une meilleure préparation. En 2017, les relations entre le PSA et le PSJB sont « normales » (oui, il y a deux « PS » dans le Jura bernois) . Les deux présidents évoquent à plusieurs reprises la stratégie de choisir un candidat commun, qui irait combattre Pierre Alain Schnegg (le conseiller d’Etat francophone) avec le soutien de toute la gauche.

Malheureusement, après le vote de Moutier (la plus grande commune du Jura bernois, qui a décidé de se séparer et de devenir jurassienne le 18 juin 2017) a été vécue comme un traumatisme par certains du PSJB, qui ont décidé de rompre tout contact avec le PSA (disons que le PSA de Moutier s’est beaucoup engagé en faveur du OUI). Du coup, le PSJB part en cavalier seul (réduisant fortement ses chances de faire basculer la majorité du Conseil-exécutif) et envoie un candidat assez clivant et pas forcément à même de faire l’unanimité dans l’électorat de gauche).

Mon parti décide alors d’ouvrir une consultation auprès de sa base pour décider d’une stratégie. Les avis sont clairs: le candidat « officiel » du PS bernois et du PSJB ne sera pas soutenu par notre électorat. Le parti se cherche alors un-e candidat-e. C’est à ce moment que je décide de tenter ma chance et j’envoie cette lettre à mon parti (qui me soutiendra) et aux autres partis de gauche.   Ma lettre de candidature est à lire ici.

Depuis, l’AG du PSA m’a nommée comme candidate et ma candidature a été déposée avec près du double de signatures nécessaires. La campagne peut commencer!